Le réveil des « guépards » (partie 1)

« J’ai dans les yeux les larmes de mon grand père
et j’ai dans le ventre la rage et la colère
j’ai dans la poitrine des battements de tambours
et mes jambes ne pratiquent pas le demi tour
une seule route existe à travers ce désert
un seul souffle sur terre pour parler ou se taire »

Amazigh Kateb, Ma tribu

Je ne pouvais mieux débuter cette série d’article, que par ce beau chant. En effet, A. Kateb résume assez bien la situation de l’Afrique et comme il le dit si bien, « une seule route existe à travers ce désert », et cette voie est le chemin de l’entreprenariat. Lire la suite